Lancement de la plateforme participative « Idées en Commun »

Aujourd’hui, demain, aussi longtemps que cela sera nécessaire, notre priorité sera la crise sanitaire.
L’évolution actuelle de celle-ci dans notre département – nous avons le plus faible taux de circulation du virus et le plus faible taux de positivité d’Occitanie – valide la stratégie adoptée par le Conseil départemental depuis un an, qui a été de faire bloc avec l’État, avec les collectivités locales et les professionnels de santé pour mettre en œuvre une stratégie vaccinale efficace.

Nous avons bien conscience qu’aujourd’hui la seule préoccupation des gersoises et des gersois c’est de se faire vacciner, de sortir de cette crise et de retrouver une vie normale.

Pour autant, le rendez-vous démocratique que constituent les élections départementales a été fixé par le Gouvernement au 20 et 27 juin prochains.

Philippe Martin a accepté à cette occasion de conduire notre liste à la fois renouvelée et expérimentée de 34 femmes et hommes, réunis sous la bannière « Gers en Commun ».

Nous présenterons bientôt l’ensemble de nos candidates et de nos candidats, mais nous le ferons en respectant les règles sanitaires en vigueur.

Nous allons connaître une campagne singulière, une campagne « sous conditions sanitaires », une campagne inédite au regard de toutes celles que nous avons connues auparavant.

Il n’y aura pas de réunions publiques, pas ou peu de porte à porte, et nous aurons à cœur de ne prendre aucun risque ni de faire prendre aucun risque à nos compatriotes lors des visites de terrain.
Autant de contraintes qui doivent nous conduire à innover.

Innover ce sera d’abord prolonger une démarche que Philippe Martin a engagée depuis plusieurs années avec les élus de la majorité départementale et qui vise à associer d’avantage les citoyens aux décisions qui les concernent. Ce choix permet de dégager des consensus et de dépasser le cadre des partis politiques, sans pour autant minimiser leur rôle dans la vie démocratique du Pays.

Pour bâtir un Gers « en commun », nous voulons mener une campagne résolument participative.

« Je veux croire qu’en cette période d’interrogations et de doutes pour nos concitoyens, ceux-ci auront à cœur de réfléchir avec nous au sens qu’il faut donner à la politique, à ce qu’ils attendent de leurs élus et aux priorités qu’ils souhaitent mettre en avant. Dans tous les cas, nous privilégierons ce qui rassemble plutôt que ce qui divise. » a déclaré Philippe Martin.

La première étape de cette campagne sera la mise en ligne, dès aujourd’hui, d’une plateforme participative, « Idées en commun », qui permettra, à partir de propositions que nous ferons, de bâtir avec les citoyens un programme pour les années qui viennent.

Sur la première page de cette plateforme, on trouvera 7 ateliers reprenant 7 thématiques axées sur la vie quotidienne des gersoises et des gersois : bien vieillir, se soigner, se déplacer, bien manger, vivre connecté, retrouver la convivialité, agir pour l’environnement.

Ces 7 thématiques renvoient aux nouvelles attentes des gersois, telles qu’elles nous sont apparues à l’occasion de la « Grande Enquête » que nous avions réalisée au cours de l’été 2020, ainsi qu’aux nouvelles priorités qui se sont exprimées à cette occasion. La mise en œuvre de ces priorités nous permettra de réinventer nos façons de produire, de consommer, de circuler, de communiquer, de travailler, de se soigner…

Ces 7 thématiques seront autant de propositions sur lesquelles s’engageront les candidates et les candidats se réclamant de « Gers en Commun ».

Mais ces 7 thématiques, nous voulons les mettre en débat.

Nous proposons aux gersoises et aux gersois de les découvrir sur la plateforme « Idées en Commun » et de réagir, en les commentant, en les critiquant, en les complétant, en les enrichissant.

Ces 7 premières propositions que nous mettons en discussion seront illustrées avec des vidéos d’élus ou de citoyens.

Exemple : « Se soigner »
Avec l’atelier « Se soigner » c’est la proposition de salarier des médecins pour lutter contre la désertification médicale qui sera présentée en détail.

La première vidéo présente le projet en le mettant en perspective avec le travail déjà initié par la majorité départementale. La seconde vidéo permet à des citoyens de poser des questions plus précises « est-ce qu’un médecin salarié peut devenir mon médecin traitant ? », « pourrait-il effetuer les gardes la nuit et le week-end ? », « pourrait-il consulter dans les EHPAD ou les hôpitaux locaux ? ».

Le deuxième objectif de notre site « Idées Commun », est de susciter des débats autour de propositions plus innovantes encore, mais qui pourront devenir réalité à court terme.

Trois premiers débats sont déjà programmés :
• Un premier débat sur la création d’une monnaie locale à l’instar de « l’Eusko » de nos voisins du Pays Basque. Cette idée peut dérouter, mais elle est intimement liée à notre volonté de relocaliser la consommation des produits issus de notre agriculture ou réalisés par nos artisans. Le « Gasco », si les citoyens s’emparent de cette question, permettra notamment de promouvoir les productions en circuits courts.

• Un second débat portera sur l’opportunité que peut représenter le rachat par la collectivité départementale des petites lignes de chemin de fer inutilisées dans notre Département. La perspective de l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence et la possibilité de voir désormais des coopératives citoyennes de transport, comme Railcoop, s’intéresser à un patrimoine délaissé par la SNCF et qui pourrait, demain, représenter un atout, doit nous faire réfléchir à cette éventualité.

• Le troisième débat portera sur la pratique du vélo en toute sécurité avec le projet « un dimanche à deux roues » qui vise à réserver aux cyclistes, qu’ils soient sportifs ou amateurs, une boucle de 20 à 30 kilomètres, un dimanche par mois dans chaque canton.

Ces ateliers, ces propositions, ces débats sont à retrouver dès à présent sur gers-en-commun.fr

Pour chaque atelier, les citoyens auront la possibilité non seulement de réagir, mais aussi de proposer, d’amender, d’enrichir.

Mettre nos idées en commun aujourd’hui, pour bien vivre dans le Gers demain.

Philippe Martin lance la plateforme participative « Idées en Commun »

S’abonner
Notifier de
0 commentaire(s)
Inline Feedbacks
View all comments