PROTÉGER OSER

AGIR PARTAGER

Au cours de ces six dernières années le conseil départemental a investi 180 millions d’euros dans des projets utiles pour le Gers, soit un peu plus de 80 000 euros chaque jour. En 2021, pour soutenir notre économie, pour adresser un message de soutien à nos entreprises et à nos artisans, pour accompagner le plan de relance de l’Etat, notre investissement sera encore plus fort.

LE BILAN

Près de 500 projets portés par des communes ont pu bénéficier de notre soutien financier.

Près de 10 millions d’euros ont été attribués à plus de 5 000 associations gersoises.

Le budget participatif gersois a permis de réaliser 150 projets imaginés et choisis par les citoyens.

Nous avons inauguré 162 « villages numériques » qui ont pu bénéficier d’une montée en débit d’internet.

10 maisons médicales ont été co-financées par le conseil départemental.

300 producteurs participent à la mise en œuvre d’un projet alimentaire territorial qui vise à promouvoir les circuits courts et de nouvelles formes de consommation.

Pour la jeunesse et l’éducation, nous avons consacré 39 millions d’euros à la rénovation de nos collèges et construit un 22 ecollège à l’Isle-Jourdain.

Grâce à une bonne gestion de nos finances publiques nous avons réussi à faire baisser notre dette de 5 millions d’euros.

Covid-19 : Protéger et se projeter

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, le conseil départemental n’a eu qu’un seul objectif, protéger les Gersoises et les Gersois. Nous avons distribué 400 000 masques, en partenariat avec la Région Occitanie et l’Etat, nous avons déjà réalisé 3 000 tests PCR grâce au « bus tests itinérant » qui sillonne le Gers pour aller au plus près de nos concitoyens, nous assumons la prise de rendez-vous téléphonique pour la vaccination avec la seule plateforme départementale d’Occitanie, nous avons contribué à la création de 12 centres territoriaux de vaccination, soit un pour 15 000 habitants, et nous avons enfin créé avec le SDIS 32 et l’ARS un « Vaccibus » qui va au domicile des personnes les plus lourdement handicapées ou dépendantes afin qu’elles puissent être, elles aussi, vaccinées.

Merci à tous les personnels soignants, hospitaliers, infirmiers, médecins, pharmaciens ; merci aux sapeurs-pompiers, aux bénévoles de la Croix-Rouge et de la Protection Civile, aux associations alimentaires et de solidarité, merci aux aides à domicile et aux personnels des Ehpad, merci aux enseignants, aux agents de l’Etat et des collectivités locales ; merci aux agriculteurs, merci aux élus et aux citoyens, merci aux professions qui ont permis de maintenir une vie sociale et économique.

Covid-19 : Protéger et se projeter

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, le conseil départemental n’a eu qu’un seul objectif, protéger les Gersoises et les Gersois. Nous avons distribué 400 000 masques, en partenariat avec la Région Occitanie et l’Etat, nous avons déjà réalisé 3 000 tests PCR grâce au « bus tests itinérant » qui sillonne le Gers pour aller au plus près de nos concitoyens, nous assumons la prise de rendez-vous téléphonique pour la vaccination avec la seule plateforme départementale d’Occitanie, nous avons contribué à la création de 12 centres territoriaux de vaccination, soit un pour 15 000 habitants, et nous avons enfin créé avec le SDIS 32 et l’ARS un « Vaccibus » qui va au domicile des personnes les plus lourdement handicapées ou dépendantes afin qu’elles puissent être, elles aussi, vaccinées.

Merci à tous les personnels soignants, hospitaliers, infirmiers, médecins, pharmaciens ; merci aux sapeurs-pompiers, aux bénévoles de la Croix-Rouge et de la Protection Civile, aux associations alimentaires et de solidarité, merci aux aides à domicile et aux personnels des Ehpad, merci aux enseignants, aux agents de l’Etat et des collectivités locales ; merci aux agriculteurs, merci aux élus et aux citoyens, merci aux professions qui ont permis de maintenir une vie sociale et économique.

highcompress_papillon

AGIR POUR L'ENVIRONNEMENT

Un atlas de la biodiversité pour chaque canton.

En plantant 40 000 arbres et en contribuant à la reconstitution de 25 kilomètres de haies sauvages chaque année, en entretenant nos forêts départementales, en encourageant l’agroforesterie, en bannissant l’utilisation des produits phyto-sanitaires pour l’entretien de son réseau routier, le conseil départemental agit pour préserver la biodiversité qui nous entoure. Pour compléter les initiatives des communes dans ce domaine, le Département financera la réalisation d’un atlas cantonal de la biodiversité. Celui-ci sera réalisé avec le concours de citoyens engagés et permettra de recenser et de protéger la faune et la flore de nos territoires.

Un centre de tri interdépartemental public.

En contribuant puissamment à la création de Trigone, service public de traitement des déchets et de production d’eau potable, le conseil départemental a mis un terme aux décharges sauvages, organisé le tri sélectif et permis de ramener à 225 kilos les déchets enfouis par an et par habitant dans le Gers. Pour aller plus loin, pour mieux trier, pour mieux recycler et valoriser, nous allons créer un centre de tri interdépartemental avec les Hautes-Pyrénées et une partie du Comminges.

Une plateforme départementale d’économie circulaire « seconde vie » pour rompre avec la logique « produire-consommer-jeter ».

Au-delà des évolutions qui nous conduirons sans doute demain à moins produire, à moins consommer, il nous faudra, davantage que nous le faisons aujourd’hui, réparer, recycler, réemployer. À cet effet nous créerons une plateforme départementale visant à donner une seconde vie à ce que nous considérons aujourd’hui comme des déchets ou des objets sans valeur. Ce projet sera porté par Trigone avec le concours de l’Institut national de l’Economie circulaire et de l’ADEME.

Manger local

Aujourd’hui, nos modes de consommation font que moins de 10% de ce que nous mangeons est produit dans le Gers. C’est pourquoi, nous créerons Gers Food : une coopérative alimentaire gersoise. Drives fermiers, vente à la ferme, Amap, marchés de plein vent, nous sommes de plus en plus nombreux à privilégier les circuits courts et de proximité et à vouloir savoir « qui produit et comment ? ». Dans le cadre d’un projet alimentaire territorial (PAT) nous créerons une coopérative alimentaire ― Gers Food ― qui réunira les agriculteurs en circuits courts et valorisera l’agriculture gersoise en rapprochant producteurs et consommateurs.
Une restauration collective de plus en plus locale. Voilà maintenant dix ans que le conseil départemental s’applique à servir dans les cantines de ses collèges publics des repas réalisés à partir de produits locaux, de saison, et bio, sans surcoût pour les familles (3,25 € par repas). Nombreux sont aujourd’hui les agriculteurs gersois qui sont les fournisseurs de nos collèges.
Nous agirons pour étendre le « manger local » aux écoles et aux maisons de retraite.

Bien vieillir

Nous créerons le 1 er« Village Alzheimer » de la région Occitanie.
La maladie d’Alzheimer touche plus de 3 millions de Français et concerne des centaines de familles dans le Gers. Aujourd’hui les patients atteints de cette maladie restent à domicile ou sont accueillis au sein d’Ehpad dans des unités spécialisées. Pour améliorer la prise en charge des patients, nous créerons le « Village Alzheimer Gersois » ― le premier en Occitanie ― nous apporterons une réponse innovante aux patients et un réconfort pour les familles gersoises concernées par une maladie incurable et souvent épuisante.

Ehpad connectés.
La crise sanitaire a engendré des restrictions de visites pour les familles des résidents de nos Ehpad et nous a conduit à confier aux soignants des tablettes numériques pour maintenir le lien familial. Nous consoliderons ce dis- positif en installant des équipements numériques dans nos Ehpad qui favoriseront aussi la mise en œuvre d’applications thérapeutiques innovantes, la télé médecine et la sécurité. Dans le même temps nous investirons 4,2 millions d’euros sur la période 2021-2026 pour moderniser nos maisons de retraite et améliorer l’accueil de nos aînés.

Se déplacer autrement

Nous réaliserons 100 kilomètres de pistes cyclables sécurisées. Le vélo est un mode de déplacement qui séduit de plus en plus de nos concitoyens et le Gers n’échappe pas à la règle. Encore faut-il pouvoir pratiquer ce mode de déplacement, bon pour la santé et écologique, dans des conditions de sécurité optimale. Sur l’ancienne RN124, entre Auch et Toulouse, nous créerons une piste cyclable sécurisée. À terme, on pourra relier en vélo la place de la Libération à Auch à celle du Capitole à Toulouse. Le vélo doit pouvoir aussi se développer partout dans le Gers. Nous proposerons la mise en œuvre d’une formule « Dimanche à 2 roues » qui permettra de sécuriser un circuit d’une vingtaine de kilomètres dans chaque canton, circuit qui sera réservé, un dimanche par mois, aux sportifs et aux familles pour faire du vélo en toute sécurité.

Bien se soigner

Le Département va salarier des médecins au sein du 1er centre départemental de santé d’Occitanie. La situation du Gers au regard de la démographie médicale est préoccupante. Le nombre de médecins par habitant y est plus faible que la moyenne nationale et beaucoup d’entre eux sont proches de la retraite. Des initiatives ont été prises, comme « Dites 32 », pour attirer des jeunes médecins afin qu’ils s’installent dans le Gers, avec des résultats encourageants. Il faut aller plus loin et prendre en compte le fait que de nombreux médecins aspirent à être salariés par une collectivité locale. Pour répondre dès à présent au besoin des Gersoises et des Gersois, nous allons salarier des médecins généralistes au sein d’un centre départemental de santé et permettre ainsi qu’ils exercent dans les communes où le manque de médecin est le plus criant. Notre objectif est simple : pas un territoire du Gers sans médecin.

Vivre connecté

Télétravail, tablettes dans nos Ehpad, visioconférence, école en ligne, fibre pour les entreprises et les particuliers, l’avenir du Gers passe par le numérique.

La crise sanitaire et le confinement ont accentué le rôle d’internet dans notre vie quotidienne. On imagine mal la façon dont nous aurions traversé ces épreuves sans l’investissement de Gers Numérique pour raccorder au haut-débit la quasi-totalité des foyers gersois. Avec 101 millions d’euros investis en cinq ans dans le déploiement du haut-débit, aucun autre département d’Occitanie n’a fait mieux, ni plus vite. Aujourd’hui 60% des Gersois sont éligibles à la fibre. Nous prenons l’engagement qu’ils seront 100% en 2025.

Le développement du numérique dans le Gers est un atout pour l’économie et l’emploi. Pour que 100% des Gersois aient la fibre, nous allons engager 153 millions d’euros de travaux dans les 4 ans qui viennent. Pour l’essen- tiel ces travaux seront réalisés par des entreprises locales, et généreront 250 emplois à temps plein. Avec l’achèvement de la mise à 2x2 voies de la RN124 en 2027, il s’agit du plus grand chantier engagé par le Département pour accroître son attractivité.

Développer le télétravail. La crise sanitaire a conduit nombre de nos concitoyens à modifier leurs modes de travail. Le télétravail s’est développé et de nombreux habitants de métropoles sont prêts à vivre ou créer leur entreprise chez nous, grâce à notre offre numérique. Pour multiplier les opportunités et favoriser l’emploi dans nos territoires, nous créerons des espaces de coworking dans chacun de nos cantons.

highcompress_rugby

Bien vivre

Un 2e plan de relance pour la culture et le sport. La crise sanitaire a des conséquences dramatiques pour les associations culturelles et sportives qui sont le cœur de notre vie quotidienne. Après avoir mis en place un fonds de soutien de 500 000 € en faveur des acteurs culturels et de 200 000 € pour les clubs sportifs, nous mettrons en place un second plan de relance pour assurer la pérennité de nos associations culturelles et sportives.

Faire revivre les associations communales. Foyers ruraux, comités des fêtes, associations communales, toutes ces structures qui souffrent actuellement seront utiles, demain, pour retrouver la convivialité et le bien vivre qui sont les marqueurs de la vie dans le Gers. Lotos, bals, pétanque, quilles et maillets, théâtre amateur, nous apporterons le soutien financier pour accompagner les bénévoles de nos villages sans lesquels il ne saurait y avoir de vie sociale.